Définitions » dragonnier | Bloguez.com

 Définitions

18/2/2008


*********************
Dragon (militaire)
*********************
dragon n. masc. (anc. fr. " étendard ", où figurait un dragon). MILIT. 1. À l'origine (XVIe s.), soldat se déplaçant à cheval et combattant à pied, puis soit à pied, soit à cheval. Motorisés au cours des années 30 (bataillons de dragons portés), les régiments de dragons sont maintenant équipés de blindés. 2. Nom d'un type de couleuvrine.

dragonne n. fém. Boucle faite d'un cordon de passementerie (parapluie) ou d'une lanière de cuir (bâtons de ski) qu'on passe au bras ou au poignet.

dragonnades n. fém. plur. Nom donné aux persécutions exercées sous le règne de Louis XIV contre les protestants. On logeait chez les villageois des dragons (surnommés les "missionnaires bottés"), qui étaient encouragés à se livrer à toutes sortes d'excès pour amener leurs hôtes forcés à se convertir au catholicisme. Étendues par Louvois du Poitou à tout le Midi huguenot, les dragonnades les plus notables eurent lieu en 1681, 1684 et 1685 et continueront jusqu'en 1698.

*********************
Dragon (reptile)
*********************
dragon volant n. masc. Espèce ( Draco volans) de Reptiles sauriens agamidés, longue d'env. 20 cm, diurne et arboricole, endémique en Asie. Le dragon volant est capable de franchir de 7 à 10 m en vol plané grâce à ses ailes dermiques, replis cutanés latéraux soutenus par les dernières côtes.
`
dragon
 
***********************
Dragon de Komodo
***********************
C'est un aviateur qui, à la suite d'un atterrissage forcé, découvrit le varan de Komodo en 1912. Surnommé "dragon de Komodo", cet énorme saurien est localisé dans de petites îles d'Indonésie (Komodo, Rinca, Flores), à l'est de Java.
Il peut dépasser 3 m de long et peser jusqu'à 135 kg. Ce varan géant, à la tête massive et à la queue puissante, possède une denture constituée de dents robustes, mesurant 1 cm de long et incisées sur leur bord postérieur (dents crénelées). Il a une peau granuleuse, brune ou noirâtre, et possède de fortes griffes. Il se nourrit de proies volumineuses, tels les petits porcs sauvages, des cerfs, des singes, mais aussi de rongeurs, de poissons, d'œufs, de charognes, etc.
Bon nageur, il s'aventure parfois en mer, mais son domaine est désormais limité à un parc national. Il a été l'objet d'une chasse impitoyable qui a entraîné sa raréfaction, on estime qu'il en reste à peine 2 ou 3 milliers d'individus. L'espèce est désormais protégée.

Si certains lézards sont appelés dragons (dragon de Komodo, dragon volant...), il ne faut pas en déduire que les sauriens ont contribué à la genèse du mythe du dragon. Le problème est vaste et complexe. Les dragons se retrouvent dans les traditions de nombreux peuples, où ils sont en général vaincus par des héros: Apollon et Hercule, dans la mythologie gréco-romaine; Vishnu en Orient; le roi Arthur et Lancelot en Occident; saint Georges dans la tradition chrétienne.
On a pu penser que les grands varans, comme d'ailleurs les crocodiles, avaient inspiré de telles légendes: dans de rares cas, il est possible que des squelettes de dinosaures ou d'autres animaux fossiles aient joué un rôle dans ces croyances. Mais, plus généralement, les dragons pourraient symboliser des forces naturelles, et il ne faut pas forcément chercher derrière eux des animaux réels: ainsi, le fait qu'ils crachent le feu évoque plutôt les volcans, et la Tarasque (représentation d'un dragon monstrueux) symbolise les crues du Rhône.

 
*****************************
Dragon (mythologie)
****************************

dragon n. masc. (lat. draco). 1. Animal fantastique que l'on retrouve dans de nombreuses mythologies. 2. Fig. et fam. Personne intraitable et impitoyable. (Souvent iron.) Un dragon de vertu : femme inaccessible ou qui affecte de le paraître. 3. Pays en voie d'industrialisation rapide. Les dragons du Sud-Est asiatique.
dragon
 ************************
Etymologie
************************

Il semblerait que le nom du dragon provienne de l'indo-européen par le grec "drakôn" et le latin "draco". Le mot grec provient du verbe "derkomai" qui signifie "regarder, fixer" alors que son sens premier était "brillant". Le dragon des anciens grecs était un reptile monstrueux, souvent gardien d'entrées interdites au même titre qu'un Cerbère ; témoin celui que tua Héraclès (Hercule) et qui, selon la définition du premier dictionnaire de l'Académie française, "gardoit le jardin des Hespérides" où le héros célèbre cueillit les pommes sacrées de la déesse Héra. En vérité, le qualificatif de "dragon" pour un être humain (en principe une mégère) provient directement de l'imagerie médiévale, associant de ce fait l'homme et la bête monstrueuse, symbole des passions coupables.
dragon

Si les noms de "dragonne" et de "dragonniers" se rapportent bien à l'animal (la dragonne fait référence à l'habit des dragons et le dragonnier aurait des propriétés d'alchimie comme la mandragore ou la belladone) l'adjectif "draconien" est tiré directement d'un nom propre. En effet, Athènes avait en son gouvernement, au cours du VII° siècle avant notre ère, un archonte nommée Drakôn, et dont la sévérité et l'intransigeance sont restées célèbres jusqu'à nos jours. Il appliqua durant son office de nombreuses lois des plus dures, tant que l'on prit l'habitude de qualifier de son nom chaque loi contraignante et sans appel.

 
Category : dragon Print